Grand Lomé: ces anarchiques immorales affiches qui pullulent les rues!

0
931

 

Elles sont partout, sur les feux de signalisation, squattent les panneaux d’affichage publics, les édifices publics et immeubles privés, partout elles se remarquent. Il s’agit d’ immorales affiches publicitaires sur les produits de lutte contre l’éjaculation précoce, pour rallonger le pénis, et autres.

La pratique est si courante qu’elle semble encrer dans la mémoire collective des populations qui vaquent à leurs occupations au quotidien sans s’y soucier.

Interroger aux feux tricolores de Tokoin protestant sur ces affiches, un passant a su rien avancer. Pour lui, cela ne dit pratiquement rien à personne donc il n’y a pas de souci.

Un numéro inscrit sur l’une des affiches contacté, n’a rien trouvé de mal en cela également. Pour ce dernier, c’est une question d’affaires. C’est un moyen simple, rapide et sans grand frais de faire la visibilité des produits et donc le marketing. Il a ajouté faire un matraquage sur les réseaux sociaux par ailleurs.

Une bonne dame qui commercialise le riz le long de la clôture de l’école nationale des auxiliaires médicaux y voit par contre un scandale moral contre lequel les autorités ferment les yeux. Elle ne voit pas du tout d’un bon œil le fléau qui s’est propagé.

 » A notre époque, les choses comme ça se cachent afin de ne pas heurter la sensibilité et de préserver certaines valeurs. Aujourd’hui, on déballe tout et n’importe quoi. Les coutumes et âges ne sont mêmes plus respectés. Regardez ce que les jeunes élèves de nos écoles font sur les réseaux sociaux. Cela n’est pas étonnant », a-t-elle déclaré pleine d’amertume.

Sa plainte sera de courte durée à en croire un courier signé par Tagba TCHALIM, Secrétaire général par intérim du District Autonome du Grand Lomé, en date du 21 juillet dernier, en réponse à un courier d’interpellation du mouvement Nubueke contre ces immorales affichent.

« J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que je marque mon accord pour l’enlèvement de ces affiches. À cet effet, je vous demande de prendre attache avec la direction des services techniques sise au 851, Avenue de la Présidence, pour les dispositions pratiques à prendre pour l’enlèvement de ces affiches », peut-on y lire.

Est-ce la fin de l’épopée de ces affiches? Une chose est sûre, les textes en vigueur concernant la voirie devraient être appliqués, les moeurs protégées et l’ordre public respecté. Les autorités locales se doivent de prendre leur responsabilité au lieu d’attendre l’intervention d’un mouvement ou d’une association.

Lesaint

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici