Lacs3: tentative d’accaparement de la forêt sacrée d’Agbodrafo, les pagnes noirs en colère!

0
1125

Un mouvement d’humeur a éclaté ce mardi 28 juillet à Agbografo, dans la commune Lacs 3, a constaté votre journal. Sortis spontanément manifester leur colère, les adeptes du couvent dénommé les pagnes noirs, un groupe de ritualistes originaire de l’autre côté du rive à Togoville ont manifesté leur colère à travers des chants et cris de guerre, face à une tentative d’accaparement des dernières terres de la forêt sacrée en vue de construire la mairie de la localité.

A la suite d’un rituel circonstanciel, ces adeptes forts de la sympathie des populations riveraines ont fait le tour de la localité.

Pour leur chef, Togbui Amegan Epke Azaguidi, prêtre de la forêt sacrée de Togoville, cette terre est sacrée et leur sert de lieu de rituel. Elle appartient à leurs ancêtres puis à leurs parents qui les leur ont léguées.
Pour lui, si par le passé certaines parcelles ont été cédées à la communauté pour la construction des bâtiments publics notamment le lycée d’Agbodrafo et autres, cela ne voudrait aucunement signifier que ces terres constituent une réserve administrative.
Il a par ailleurs évoqué les conséquences spirituelles qui peuvent découler de la violation de cette forêt.
 » Ce lieu sacré est le dernier rempart de notre communauté. Nous y faisons des rituels et cérémonies périodiquement afin de bénéficier de la clémence des aînés et de dame nature. Sa violation entrainerait de dramatiques conséquences sur la communauté en l’occurrence la sécheresse, des maladies, morts subites,… Ce que nous ne souhaitons pas. Nous appelons le nouveau maire à de meilleurs sentiments. », a-t-il déclaré avant d’ajouter ne pas savoir si c’est le chef canton qui a cédé le terrain.

Interrogé à son domicile, le régent du trône d’Agbodrafo, Assafotsè Kuetevi Ekovi a confié être étranger au conflit. Pour lui, il s’agirait forcément de bruits de couleurs.
Néanmoins il met en garde les autorités municipales contre une telle tentative.
 » Par le passé, nous avons eu de ces problèmes avec nos frères de Togoville alors que nous avons également des terres sacrées chez eux. De grandes assises nous ont permis d’amener le calme et la cohésion actuels. Pour rien au monde, nous ne permettrons que la tension monte. Ce domaine n’est pas une réserve de l’État et je ne vois pas de quel droit nous pouvons le céder. » a-t-il répondu.

Nos tentatives pour avoir une version du maire Claude Mikem ou d’un conseiller de la municipalité, sont pour le moment vaines en raison de l’indisponibilité des acteurs clés de la chaine sur place.

Mais il est clair que les nerfs sont à cran actuellement dans le Lacs3. Cette situation doit interpeler tous les acteurs impliqués dans le processus de décentralisation car dit-on souvent, ceux qui ne tirent pas des leçons du passé risquent fort de le revivre.

Lesaint

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici