Le foncier, cette patate chaude entre les mains des élus locaux

0
512

S’il y a un problème commun à toutes les 117 communes du Togo, c’est bel et bien celui du foncier. Après un an de décentralisation, la crise du foncier fait plus que jamais ravage.

Macabre héritage laissé pour la plupart par la chefferie traditionnelle dans ses dérives et abus, les nouvelles communes ne disposent pratiquement pas de réserves administratives, afin d’entamer les travaux de construction d’infrastructures tels que les marchés, les écoles, les hôpitaux, les logements sociaux,…

Le mal s’intensifie dans certaines communes avec l’appui de certains des nouveaux élus locaux.

« Il n’y a plus aucune réserve administrative dans tout Agbodrafo. Cette ville qui est un label historique et qui bénéficie de ce fait des financements pour des projets de la part des portugais, brésiliens,… n’arrive pas à capitaliser sur cela parce qu’il n’y plus de domaine sur lequel réaliser ces infrastructures. Les chefs ont tout vendu », confiait par exemple amèrement un des responsables de la commune des Lacs 3, la semaine dernière. Au Golfe 1, le problème préoccupe également les autorités communales qui se lancent dans une opération de récupération de ces terrains. « Nous avons tout fait pour avoir le plan de notre commune qui précise les réserves administratives. C’est vrai que certains de ces terrains sont dilapidés, mais nous essayerons de sauver l’essentiel. Et nous exercerons la contrainte s’il le faut. », a confié le Maire Adjoint, Espoir Koudjodji.

Rappelons que la situation est assez préoccupante car freinant le train du développement de nos communes. Nous y reviendrons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici