Kloto 3: de graves défaillances à la station météo de Kouma Konda

0
789

D’énormes défaillances dans la gestion de la station météo de Kouma Konda(Kloto3) sont enregistrées depuis des années et impactent fortement le bon fonctionnement de ce capital service pour bien des domaines.

Qu’elles tiennent à la gestion des ressources humaines ou à la qualité et l’efficience des infrastructures, les défaillances constatées par une équipe de votre journal sur les lieux la semaine dernière reposent même la question de la vision et du rôle des premiers responsables de ce service.

Pour une station météo référence, citée pratiquement dans toutes les prévisions, l’absence d’électricité sur la voie y menant, l’absence d’énergie alternative en cas de délestage ne sont pas normales.

Celle de l’eau dans la station soit à des besoins du personnel, ou pour remplir un bac de mesure prévisionnelle est plus criarde.

 » C’est le chef qui avec sa voiture descend à des kilomètres au village avec des bidons pour se ravitailler en eau. Actuellement en panne, c’est à nous qu’il incombe d’assumer cette tâche à nos frais. Les aller et retour sont épuisants, sans compter le relai des infos que nous devons assurer chaque 50 minutes », a confié un agent de la station.

Il nous également été confié que le thermomètre maximal est défectueux depuis quelques temps, et que malgré les différents rapports envoyés à l’autorité à cet effet, rien n’est fait à ce jour.

Quid de l’état des bureaux ? Ceux-ci coulent quand il pleut, et le personnel de la station assure s’attendre à ce que la dalle s’effondre un jour.

Le clou, ils sont une trentaine aujourd’hui à effectuer un stage sans aucune perspective positive.

 » Nous avons été une trentaine à être formés pendant 6 mois pour démarrer ce stage depuis 2017. Nous attendons le concours pour notre incorporation dans la fonction publique depuis, mais rien n’indique la volonté de l’autorité d’aller dans ce sens », a confié amer, l’un d’entre eux.

Sans salaire, loin de leurs proches, ces jeunes viennent répondre à ce besoin capital dans un contexte marqué par le laxisme de l’ancienne génération.

Les récentes précisions de réalisation des prévisions en disent long et l’on ne comprend pas cet état de fait des premiers responsables des stations météo du Togo.

Dire que l’actuel premier ministre Selom Klassou est climatologue de formation amplifie l’incompréhension.

Grâce aux données météorologiques, le pays est en mesure de sécuriser l’espace aérien et perçoit des redevances pour cela.

Les incidences dans le domaine agricole, touristiques, économiques, et surtout sur le quotidien du citoyen lambda ne sont plus à présenter.

Autant dire que la météo se retrouve au coeur même de la vie quotidienne de l’humanité.

Il urge qu’un changement de paradigme soit opéré dans la gestion de nos stations météo.

Lesaint

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici