Danyi 1/2: des femmes impliquées dans le développement communautaire

0
369

Les 22 conseillers municipaux des deux communes de la préfecture de Danyi étaient ce jeudi 29 octobre 2020 autour d’une table-ronde pour réfléchir sur l’intégration de l’approche Genre et l’approche basée sur les droits de l’Homme dans les politiques de développement communautaire.

La décentralisation a démarrée au Togo en 2007, par l’adoption de la loi 2007-011 du 31 mars, relative à la décentralisation et aux libertés locales. Elle a été modifiée en 2008 puis en 2009. Ainsi, depuis 2019, le processus de la décentralisation a connu des avancées significatives avec des élections locales le 30 juin 2019. Une fois les conseillers municipaux élus, il urge alors de les outiller sur la participation des femmes au développement communautaire.

A Danyi, les 22 conseillers municipaux étaient autour d’une table ronde pour réfléchir sur l’intégration de l’approche Genre et l’approche basée sur les droits de l’Homme dans les politiques de développement communautaire. C’est une initiative du  Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT).

Les femmes ne représentent qu’une proportion relativement modeste des élues au niveau de notre pays. Les pesanteurs, les contraintes et les barrières culturelles et sociales liées à la participation des femmes aux instances de prise de décision, sont autant d’épreuves à braver par les femmes. Le défi reste à relever pour la réelle parité de genre au Togo pour montrer au reste du monde le rôle prépondérant que peut jouer les femmes dans la réalisation de la vision du Président de la République de faire de Madagascar un pays phare en termes de croissance inclusive et société plus égalitaire.

Lors des récentes élections locales, sur 1527 postes à pourvoir, 129 sièges sont revenus aux femmes soit un taux de 08 %. Cette faible représentation est également observable dans les communes Danyi 1et Danyi 2.

‘’Le Togo a modernisé ces dernières années plusieurs de ces textes et pris plusieurs initiatives pour la promotion de l’égalité du genre dans les instances de prise de décision. Ces avancées vont entre autres de l’adoption d’un nouveau code pénal plus égalitaire, d’un nouveau code foncier balayant l’ambivalence des textes coutumiers et modernes qui pénalisaient les femmes, la mise en place d’une stratégie nationale d’intégration du genre dans les politiques et programmes de développement à la révision de la stratégie de lutte contre les violences basées sur le genre.

Malgré l’engagement de l’État, pour la promotion de l’égalité des sexes, la participation des femmes dans les actions de développement et la gestion des affaires publiques, force est toutefois de constater qu’à l’aune de l’adoption des objectifs de développement durable, les femmes sont toujours sous représentées aussi bien comme électrices que dans les fonctions dirigeantes telles qu’au sein des assemblées élues, dans l’administration publique ou encore dans le secteur privé ou le monde universitaire.

Le CACIT veut à travers ses actions accompagner le gouvernement dans ses efforts pour promouvoir la femme, ce qui est prévue dans l’axe 3 du Plan National de Développement (PND)’’a fait savoir la responsable du département de promotion des droits de l’Homme au CACAIT, Doris Guinhouya et de renchérir que ‘’les élus locaux sont des acteurs clés du développement local qui peuvent ouvrir la voie du développement équilibré et inclusif dans leurs localités respectives. Ce développement, les jeunes de leurs villages, les hommes et les femmes de leurs contrées l’ont désiré, le souhaitent pour pouvoir non seulement améliorer leurs conditions de vie avec la disponibilité de moyens de subsistance durable mais également renforcer la résilience et favoriser l’accès aux services sociaux de base’’.

L’Adjoint au maire de la commune Danyi 1, Elom AVITY, ouvrant les travaux de cette table-ronde a fait savoir que ’l’approche Genre suppose de considérer les différentes opportunités offertes aux hommes et aux femmes. Les rôles qui leurs sont assignée socialement et les relations qui existent entre eux’’.

‘’Le Genre est intimement lié à tous les aspects de la vie économique et sociale. Les illustrations des disparités liées au Genre peuvent être énumérer dans différents domaines à savoir, le domaine du travail, de la pauvreté, de la santé, de la vie familiale, dans le domaine de l’éducation ou encore dans le domaine de l’environnement et des instances de prise de décisions surtout’’ a-t-il ajouté.

Et pour conclure, Mr AVITY, Adjoint au maire Danyi 1n’a pas manquer de rappeler à ces collègues conseillers municipaux, le rôle à jouer dans la promotion des droits des femmes et leur intégrations dans le développement communautaire.

En rappel, cette table-ronde du Collectif des Associations Contre l’impunité au Togo (CACIT), avec l’appui de la République d’Allemagne au Togo  intervient suite au camp des jeunes filles des trois lycées de Danyi sur le leadership transformationnel en vue de préparer ces dernières à assurer la relève en matière de leadership féminin au niveau local et gouvernemental et d’un atelier de renforcement des capacités des OSC, journalistes, leaders communautaires sur l’approche genre. Ces activités ont pour but de contribuer à une meilleure représentativité des femmes dans les instances de décision par la prise en compte systématique du genre dans les programmes de développement communautaire au Togo et s’inscrit dans la mise en œuvre du “Projet d’appui à la participation politique des femmes des régions des plateaux et des savanes”.

 

Etienne AGOGNRAN

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici