Golfe1 et Lacs 3 : l’ONG CAFE sensibilise les institutions de microfinance à réduire les taux d’intérêt des femmes vulnérables

0
387

La pandémie de la Covid-19 a détruit de manière considérable la vie économique d’un grand nombre de femmes vulnérables au Togo. Certaines ont perdu leur emploi et d’autres n’ont plus la chance de retrouver la clientèle escomptée. C’est fort de ce constat que l’ONG CAFE a élaboré un document de plaidoyer sur la situation financière des femmes vulnérables en cette période de Covid-19.

Ledit document est soumis à validation vendredi 22 janvier 2021, au cours d’un atelier qui a réuni une vingtaine de responsables des microfinances du Togo ainsi que des partenaires financiers. A constaté un journaliste de Echosdescommunes.com

La rencontre s’inscrit notamment dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Être proactif contre la propagation de la Covid-19 dans les communes du Grand Lomé et Lacs 3 ». Un projet exécuté avec l’appui financier de France Volontaire/Projet-Avenir.

Il s’agit essentiellement au cours des travaux de cet atelier d’amener les institutions financières ainsi que les partenaires techniques et financiers à avoir une vue globale sur des conséquences de la pandémie sur les activités génératrices de revenus des femmes. Aussi, il est question de plaider pour un accompagnement de ces femmes démunies face à la crise sociale et économique en soutenant la création d’activités génératrices de revenus indispensables à leur subsistance quotidienne.

Selon Mme Dosseh Mokpokpo Sonia Directrice exécutive de l’ONG CAFE, les institutions de microfinances sabordent à suffisance l’épanouissement économique des femmes avec lesquelles ils passent des contrats de prêts. « Les femmes commerçantes du Togo sont assommées par les microfinances », a-t-elle dezingué.

D’après les enquêtes de l’ONG CAFE, le taux d’intérêt imposé par ces institutions financières, ne permet pas à ces femmes débiteurs de rembourser leur crédit. Et automatiquement, elles ne disposent plus de moyens pour continuer leurs activités génératrices de revenus.

Spécifiquement, il est question de voir au cours des échanges de cette rencontre, dans quelle mesure les institutions financières partagent leurs informations avec les femmes et de les amener à faire comprendre aux femmes, ce qui les attend avant de signer les contrats. « Il est ressorti dans notre collecte de données que les femmes contractantes de ces contrats ne sont pas informées du montant final qu’elles devraient payer et à la fin, elles paient plus que ce qu’on leur donne », a souligné Mme Dosseh Mokpokpo Sonia

« En tant qu’une organisation de promotion de défense des droits de la femme, il est important pour nous de rentrer en contact avec ces institutions de microfinance à travers un plaidoyer pour discuter avec eux par rapport à la réduction des taux d’intérêt et par rapport aux frais de dossier », a-t-elle ajouté.

Le plaidoyer va également à l’endroit de l’État qui est dans ce sens sollicité pour faire parler de sa notoriété quant à ce qui concerne l’amélioration du cadre juridique favorable aux prêts contractés entre les microfinances et les femmes.

Par ailleurs, l’ONG CAFE a dans le but d’accompagner ce plaidoyer, formé 150 femmes sur la gestion managériale des activités génératrices de revenus. « On les a éduquer à ce que l’argent des microfinances ne soit pas mélangé à celui du panier de la ménagère et surtout avec le bénéfice », a relativisé Mme Dosseh Mokpokpo Sonia.

« Nous invitons les responsables des institutions de microfinance à accompagner ces femmes en réduisant les taux d’intérêt de leur contrat. Et aussi à partager les informations réelles des clauses de contrats qui les lient », a-t-elle recommandé.

L’atelier, faut-il le souligner a servi de créneau idéal pour le lancement du projet « Être proactif contre la propagation de la Covid-19 dans les communes du Grand Lomé et Lacs 3 ». La rencontre a été couplée de la sensibilisation et de distribution des kits sanitaires aux familles vulnérables bénéficiaires dudit projet dans la commune Golfe 1

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici