Golfe1: vers la suppression des ghettos

0
184

Plus de quartier pour les ghettos et ceux qui y résident. Dans l’optique de finir avec ces lieux de vie où résident des toxicomanes, la Mairie de la Commune de Golfe 1 (Bè Afédomé) appuyée par le ministère en charge de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, a lancé ce Lundi à Lomé, le « Projet de sensibilisation des jeunes sur les méfaits de la drogue et de soutien socio-sanitaire aux résidents des ghettos ». Des explications des initiateurs, il s’agit d’un projet à double volet qui outre la sensibilisation et réinsertion de ceux qui renonceraient à leur vie antérieure de drogués, devra aider à faire des consultations sanitaires en faveur de ceux qui y vivent déjà dans les ghettos et leur distribuer des kits alimentaires pour leur permettre de mieux passer ces périodes de fin d’année.

Pour lancer ce projet ce jour, le Maire de la Commune de Golfe 1, Joseph Koamy Gbloèkpo Gomado avait à ses côtés le Directeur national de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Anala Arime Télata, qui représentait le ministère.

Des dires de celui-ci, « l’initiative, nous l’avons trouvé très pertinente et en adéquation avec les missions du ministère, ce qui fait que nous n’avons pas hésité un seul instant à nous approprier le projet et à s’engager véritablement aux côtés de la mairie. Par ailleurs, nous avons même été interpelés à un moment donné par les plus hautes autorités par rapport au phénomène tel qu’il sévit dans nos communautés. Nous avons apporté un appui financier modeste, pour lancer les activités de sensibilisation dans les établissements scolaires au niveau de la commune pour prévenir le phénomène auprès des jeunes scolaires. Mais le projet prévoit aussi un appui pour la prise en charge psycho-social de ceux qui vivent déjà dans les ghettos mais aussi un accompagnement pour des consultations médicales et à terme, le mini s’engage auprès de la commune à accompagner ceux qui sont dans les ghettos en vue de leur réinsertion sociale. Cela suppose que nous pourrons appuyer leur formation aux métiers, nous allons accompagner également l’appui en kit s’il s’agit d’artisans qui veulent s’insérer pour qu’ils puissent exercer un métier et les sortir définitivement de leur situation ».

C’est un son de cloche qui est prolongé par le Maire Gomado, qui pour sa part, a fait savoir que « le développement a comme soubassement, la force vive, les ressources humaines. Lorsque vous parlez de développement, il faut vraiment mobiliser les ressources humaines. Mais une partie de cette ressource humaine constitue une faiblesse et à la fois un danger pour l’autre partie. C’est dans ce cadre-là que nous avons jugé bon d’aller vers nos frères et sœurs qui consomment de la drogue et qui sont restés dans les lieux que nous appelons communément ghettos. Et ces ghettos se retrouvent pratiquement dans chaque quartier alors que notre commune est composée de 36 quartiers et dans chacun de ces 36 quartiers, il y a un ghetto. Il y a un problème ». Et il continue, expliquant la démarche qui sera adoptée par le projet. « Est-ce que nous allons mobiliser les forces de sécurité pour aller casser ces ghettos ? Nous avons jugé que ce n’est pas une bonne approche. Vaut-mieux travailler et collaborer avec ce groupe cible pour pouvoir lutter de façon durable contre ce fléau. En luttant contre ce fléau et faire en sorte que nos frères et sœurs qui sont dans ces ghettos reviennent à la normal ou soient reconvertis vers d’autres activités professionnelles, il ne faut pas que d’autres alimentent. C’est dans ce sens que nous avons ciblé les écoles et que nous avons formé des jeunes volontaires pour aller vers les élèves pour leur parler des méfaits de la drogue », a-t-il confié. Enfin, des dires de l’élu local, « à part la sensibilisation, nous avons à faire des consultations sanitaires, pour jauger leur santé et aussi distribuer en ces temps de fête des kits alimentaires », invitant les cibles de ce projet à se l’approprier pour que les objectifs soient atteints.

Au travers ce projet de la Mairie de la Commune de Golfe 1, le ministère en charge de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes vise plus loin. « Ce projet nous y sommes vraiment attachés parce que ça va être une initiative pilote dont la réussite nous permettra d’aller plus loin dans toutes les communes du Grand Lomé et aussi à l’intérieur du pays pour faire en sorte que le phénomène soit éradiqué au sein de la Commune parce que vous n’êtes pas sans savoir les conséquences du phénomène sur la vie des jeunes. C’est parfois irréversible. Et si on a la possibilité d’empêcher que les jeunes prennent contact avec la drogue, il faut le faire, et c’est ici et maintenant. D’ailleurs si vous n’avez pas une jeunesse en bonne santé, c’est que le développement est compromis. Donc, nous nous battrons pour ça », explique M. Anala.

T228

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici