Décentralisation : diagnostic rapide et stratégique de la Faîtière des Communes du Togo

0
176

La ville d’Atakpamé ( Ogou 1) abrite ce 14 septembre un atelier de restitution et de validation du diagnostic stratégique rapide de Faîtière des Communes du Togo (FCT ).

Ouvert par le Secrétaire général de la préfecture de l’Ogou en présence de Mme Kouigan Yawa, Présidente de la FCT et maire de la commune Ogou 1, cet atelier bénéficie de l’appui technique et financier du Projet de Renforcement des Compétences Régionales en matière de Décentralisation en Afrique de l’Ouest (PRCDAO), un Programme régional de la GIZ dont le représentant, Rémi OUEDRAOGO a marqué de sa présence les travaux.

Pendant deux jours, cette rencontre qui a réuni l’exécutif de l’institution, une dizaine de maires venue des cinq régions économiques du Togo et les partenaires au développement, va permettre au cabinet GECA Prospective en charge de la mission d’audit, de faire une restitution des constats faits durant sa mission d’audit de la FCT et de soumettre des recommandations pointues afin que cet outil soit véritablement opérationnel et optimise son rendement pour le bien des communes et des populations.

Pour la Présidente de la FCT, ce diagnostic rapide et stratégique est une occasion pour l’institution de connaître les réalités et les capacités effectives actuelles, identifier des goulots d’étranglement, relever les forces et les faiblesses de l’institution de telle sorte qu’à partir de là, tout ce qui sera mis en œuvre puisse se reposer sur un diagnostic et contribuer à l’optimisation des résultats, au service des communes pour le bénéfice des populations.

« L’organisation, la structuration, le niveau des capacités de mobilisation des ressources nécessaires ont été les segments et compartiments sondés dans le cadre de ce diagnostic rapide. », a-t-elle déclaré.

Le représentant du Programme régional de la GIZ au Togo pour sa part a félicité la FCT, l’une des premières institution de décentralisation à s’auto évaluer dans la sous-région.

« En acceptant de s’engager dans cet exercice à travers la démarche de renforcement intègre des institutions et des compétences, la FCT a été pionnière, avant les APL du Bénin , du Burkina Faso, du Mali et du Niger pour se prêter à un exercice d’auto évaluation et d’auto appréciation, alors même qu’elle n’était pas encore pleinement entrée dans la dynamique de mise en œuvre de ses activités », a relevé Rémi OUEDRAOGO.

D’après Gérard Agbota, Directeur de GECA Prospective, l’audit a consisté à voir si les différents organes de la FCT fonctionnent, si au niveau institutionnels, les textes qui doivent permettre leur existence et leur pertinence sont pris, et ce qu’il y a lieu de faire pour aider la FCT a devenir une structure efficace et opérationnelle.

 » Il y a des points forts au niveau institutionnel. Nous avons la loi sur la décentralisation, les institutions sont fonctionnelles. Il y a néanmoins un certains nombre de textes notamment des décrets d’application qui doivent être pris et au niveau organisationnel, les outils de travail et le personnel compétent est là. Mais ils ont quelques manques en terme organisationnel pour être plus efficace. La première recommandation est que la FCT mette en œuvre le plan d’action conçu et qui sera validé, qu’elle puisse avoir les ressources nécessaires pour cela. », a-t-il conclu.

La décentralisation veut promouvoir la gouvernance a la base mais aussi de réaliser davantage de proximité avec les populations et agir au niveau local. Pour se faire, la FCT a été constituée par l’ensemble des communes afin de renforcer la mise en œuvre de cette décentralisation.

Lesaint

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici