Décentralisation: le miel à la base d’une convention entre Golfe1 et Vo4

0
322

Les communes de Golfe1 et celle de Vo 4 ont signé une convention de partenariat à Akoumapé, Chef-lieu de la Commune de Vo 4, le vendredi 17 février dernier, a constaté votre média.

Ce partenariat qui puise sa base dans les dispositions légales telles que : des articles 141 et 142 (de la constitution de la République togolaise visant la libre administration des collectivités territoriales par les élus et le développement harmonieux basé sur la solidarité nationale, les potentialités régionales et l’équilibre inter-régional) ,  les articles 9, 25, 37 et 38 de la loi n° 2007-011 du 13 mars 2007 (relative à la décentralisation et aux libertés locales, modifiée par la loi n° 2018-003 du 31 janvier 2018, la loi n° 2019-006 du 26 juin 2019 et la loi n° 2021-020 du 11 octobre 2021 visant la coopération entre les collectivités de même nature ou de natures différentes), a pour objet de matérialiser la volonté des communes de Golfe 1 et Vo 4 de coopérer ; de déterminer les actions retenues pour le partenariat entre les parties et de prévoir les modalités opérationnelles pour le financement et la réalisation du « projet de production et de commercialisation des produits de la ruche par la pratique des techniques modernes et durables d’apiculture » dit « projet apiculture ».

Aussi, porte-t-il sur l’amélioration des conditions de vie et le vivre ensemble des populations des communes de Golfe 1 et Vo 4 à travers la promotion de l’agriculture résiliente au climat comme source de développement économique. Ce partenariat s’élabore dans une logique globale de co-développement respectueuse de chacun des partenaires.

Dans ce cadre, les parties prenantes ont convenu de mettre en œuvre, dans les limites de leurs compétences respectives, des actions de partenariat dans le domaine de l’apiculture moderne et durable.

Pour ce faire, les parties prenantes pourront s’associer à des partenaires extérieurs ayant une technicité dans ce domaine.

Le « projet apiculture », objet de cette convention de partenariat vise à atteindre les objectifs ci-après : développer une plateforme de production apicole rentable et durable ; promouvoir l’inclusion socioéconomique des populations des deux collectivités, notamment des jeunes et des femmes ; assurer une protection et une conservation de la biodiversité via le service de pollinisation des cultures et de la flore sauvage ; promouvoir les partenariats intercommunaux viables au niveau national.

Il s’agit d’un projet qui, d’après divers intervenants, le représentant du ministre en charge de la Décentralisation, le préfet de la préfecture de Vo et aussi le représentant du Préfet de Golfe, vient concrétiser les possibilités d’intercommunalité admises par les textes en vigueur, dont la Constitution togolaise mais aussi la loi sur la décentralisation au pays de Faure Gnassingbé.

Pour le Maire principal Kodjo Ezian, « c’est un projet d’élevage des abeilles pour produire du miel, pour nos populations et pour d’autres. On va protéger les endroits pour qu’il n’y ait plus de feu de brousse, que les arbres ne soient plus détruits. Nous invitons les populations à accueillir ce projet, à l’accepter et à nous accompagner pour un développement de ce projet ». En termes d’attente, a-t-il émis, le vœu de voir cette initiative commune Vo 4-Golfe 1, « apporter des bénéfices aux populations et aider à créer de l’emploi ».

Dans le même ordre d’idée que son collègue de Vo 1, le Maire turbo, Gbloekpo Koamy Gloèkpo Gomado de Golfe1, a expliqué que « le choix s’est porté sur Vo 4 par rapport à la potentialité avec l’existence des zones de forêts ». Dans le déploiement de ce projet, a indiqué l’élu local, il faudra considérer plusieurs dimensions à mettre en place à savoir, « un système de gestion pour mieux gérer le projet pour avoir les résultats attendus, ensuite la protection de l’environnement, le maintien de la biodiversité, et les ressources à engendrer ». Pour ce qui est de ces ressources, a ajouté M. Gomado, il s’agit d’un Chiffre d’affaires en 3 ans qui va dépasser 106 millions de F cfa avec un budget de départ de 71 millions de F cfa, la création de l’emploi. Dans les prévisions, il est attendu une production de 26.000 litres de miel en 3 ans.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici