Décentralisation: point de vue des journalistes sur le fonctionnement des Mairies

0
590

Voix des sans voix, les journalistes sont des éclaireurs de la société. Ils jouent un rôle important dans le processus de décentralisation amorcé par le Togo. Quelques mois après l’élection des élus locaux votre journal Echos des Communes a tenté d’arracher quelques mots à ces hommes de médias sur le fonctionnement des communes.

La question est simple.

« Après six mois d’exercice à la tête des communes, selon toi est ce que les élus locaux répondent aux attentes des administrés? »

Voici leurs réponses

Théophile Kponhinto, Directeur de publication du Journal L’Engagement

« C’est une nouvelle expérience pour toute la population. Et pour certains, les choses doivent aller vite, parce que plusieurs n’ont d’abord pas compris le sens de la décentralisation malgré les nombreuses sensibilisations faites autour de la question. Mais dans l’ensemble, on commence par sentir l’effet positif de la question sur les différentes communes en général ».

Yves Galley, Directeur de Publication du Journal La Symphonie

« A peine ont ils entamé leurs mandats que la Covid 19 a surgi. Ils sont contraints de mettre sous éteignoir des projets et programmes d’action pour relever le défi de  la prévention  et de la riposte contre la Covid-19. Je crois qu’il manque assez d’éléments d’appréciation  du travail global des élus dans le cadre de leurs engagements à relever le défi du développement des différentes communes ».

Jerome Sossou, Directeur de publication du journal Le Triangle des Enjeux

« Les maires ont pratiquement fait un an. À la fin de ce mois de juin ils boucleront un an de plein d’exercice. Mais leur première année d’expérience n’a  rien comme impact sur leurs communautés vis à vis du travail pour lequel ils sont appelés mis à part la célébration des mariages et la signature des différentes pièces: naissance, mariage, décès….

D’ailleurs rien ne présage encore à l’horizon qu’ils seront capables de sauver leurs communautés de leurs plusieurs difficultés surtout en matière d’assainissement.

J’ai déjà constaté l’incapacité de certains maires. Dans cette affaire de Coronavirus, certains de ces maires ne sont pas capables de trouver le moindre masque pas à toute la population mais à une cible. Ils ont demandé aux chefs du village de cotiser de l’argent pour payer les bavettes. Pitoyable !

Il y’ a encore d’autres choses à dire. Pas encore une initiative de grande envergure pour les communautés. Pas encore le moindre projet qui se réalise en bonne et due forme, visible sur le terrain dans l’intérêt de leurs sujets. Aucune amélioration pour l’heure. Tout est à l’état, au même endroit comme avant. Ils parleront des moyens. Bon on les attend. La plupart parmi eux n’ont aucune relation à exploiter. Bon voilà ! »

Pascal Lossou, Journaliste à la Radio Kanal fm

«Hummm, si je dois être vraiment objectif, mon frère, la base ne sent absolument rien pour le moment, je suis d ‘accord qu’’il y a des petits efforts qui se font mais ils sont loin de satisfaire les énormes attentes de la population. Tu sais la question du chômage, d’alimentation c’est à dire arriver à manger trois fois par jour comme le recommandent les institutions internationales, on en est encore loin et il est important de s’occuper de ces besoins vitaux pour mieux avoir la confiance de la population a la base ».

 

Magloire Kinvi, Secrétaire Général Adjoint du JMD (Journaliste en Mission pour le Développement)

« Au regard du temps que le Togo a mis pour amorcer le vrai processus de décentralisation, ponctué par la tenue des municipales de juin et août 2019, il serait hasardeux de prétendre jauger convenablement, six mois après, les élus locaux dans leur différentes zones d’administration. Aussi bien dans les communes urbaines que rurales, le chantier reste encore grand.

 Malheureusement, le contexte  sanitaire actuel marqué, par la pandémie au Coronavirus, a sensiblement limité le pouvoir d’actions des conseillers municipaux qui, globalement, se résume à leur participation à la lutte commune contre le fléau. Des contingences qui, selon moi, forcent le bénéfice de doute en leur faveur ».

Maurice Agbossou, Directeur de Publication du journal Relance Infos

« Aujourd’hui  avec la décentralisation  nous pouvons  dire les administrés  sentent la présence des élus locaux  à  leurs côtés. Ils répondent  aux attentes des populations de leur localité. Avec la décentralisation  aujourd’hui, il n’y a  pas d’aller et retour pour les légalisations par exemple. Vous vous rendez dans une mairie  pour  vous faire établir  une naissance  pour votre enfant  ou un proche, vous partez  avec l’acte  dans les minutes  qui vont suivre et sans payer un seul rond comparativement  à  ce qui se fait par le passé ».

Loïc Lawson, Directeur de Publication du Journal Le Flambeau des Démocrates

« Tu sais j’en parlais seulement hier avec quelqu’un. Nos élus ne se retrouvent pas du tout. Ils se cherchent encore à mon avis.

A nos élus, il faut aussi et avant tout l’amour de la patrie, il leur faut également des formations pour les aider à être ingénieux dans les initiatives qui les aideront à se procurer les moyens de développer leurs localités ».

Roger Gbessia, Rédacteur en Chef du Journal Echos du Pays

« Au faite, comme je l’avais déjà dit au cours de l’émission du vendredi passé, les élus locaux n’ont pas les moyens pour faire le travail qu’on attend d’eux. Donc on ne peut pas les juger véritablement sur ce point… néanmoins ils se battent comme de beaux diables pour faire ce qu’ils peuvent en fonction de leurs capacités limitées.

En définitive, pour  répondre à ta question, je dirai que leur arrivée à la tête des communes ne comble pas les attentes des populations mais ce n’est pas de leur faute étant donné que l’état n’a pas mis à leur disposition les moyens qu’il faut ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici