Amou 3 : le village de Bakpètè s’engage contre la défécation à l’air libre

0
151

Les journalistes de la Région des Plateaux spécialistes des questions de la santé et surtout sur le WASH, voulant toucher du doigt les réalités sur la défécation à l’air libre au Togo, étaient samedi 15 novembre 2020 dans le village Bakpètè dans la commune Amou3. Cette visite de terrain intervient suite à un atelier de formation de trois jours sur l’approche ATPC (Assainissement Total Piloté par la Communauté) piloté au Togo depuis 2014.

Le programme GSF couvre cinq préfectures de la région des plateaux notamment Akébou, Danyi, Moyen-Mono, Wawa et Amou. Dans le district sanitaire d’Amou et dans la commune Amou 3, l’ONG ODIAE est chargée de la mise en œuvre de cette approche. Il s’agit de susciter la honte et le dégout de chaque communauté par rapport à la défécation à l’air libre et de les amener à prendre conscience et de prendre un engagement de construire des latrines.

Le village de Bakpètè, environ 3 à 4 kilomètres de Hihéatro, commune Amou 3, la communauté un peu rétissante dans la construction de latrine, continue par manger son propre cacas. Sur un total de 25 latrines à construire pour 25 ménages que compte ce village, seul 6 ont été réalisée.

Et pour s’enquérir des réalités de la mise en œuvre de l’approche ATPC au Togo et pour un redéclenchement de la communauté de  Bakpètè, une vingtaine de professionnels de médias de la région des plateaux à visité cette communauté. Une visite qui a d’ailleurs permis à la population de Bakpètè de prendre conscience du bien fondé de la construction des latrines.

Face à cette situation d’inexistence de latrines dans certaines conceptions, les journalistes encadrés des formateurs ont échangé avec la population pour collecter et enregistrer des témoignages. Plusieurs raisons poussent la population à s’adonner à la défécation à l’Air libre et selon elle, c’est le manque de moyen pour construire une latrine et pour d’autres, c’est le manque de volonté et de l’ignorance. De toutes les façons, ces échanges ont permis aux journalistes de mettre de nouveau caca dans la bouche de cette population.

 

L’ATPC vise un changement de comportement individuel et collectif en matière des bonnes pratiques d’hygiène et assainissement. Dans les plateaux, 454 villages ont déjà mis fin à la défécation à l’air libre sur 552 déclenchés avec 7 cantons FDAL.

 

Etienne AGOGNRAN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici