Golfe 3: vers la destitution du Maire Kamal Adjayi?

0
365

Courrons-nous vers la destitution de Kamal Adjayi, maire de la commune de Bè Klikamé (Golfe 3)?

C’est en tout cas ce que laissé présager un courrier signé du conseiller municipal SOSSOU AYEWOU, en date de ce lundi 27 juin, demandant d’inscrire à l’ordre du jour de la prochaine session du conseil, une motion de destitution contre le maire.

 » Monsieur le Maire, je voudrais par la présente solliciter votre attention aux fins d’inscrire à l’ordre du jour de la 3ème Session de l’an 2022 du Conseil Municipal de la Commune de Golfe3, la Motion du Conseiller Municipal SOSSOU AYEWOU que je suis, relative à la destitution du Maire de la Commune de Golfe3 dont le motif principal reste l’endettement de la commune, conformément aux dispositions de l’article 135 de la loi sur la décentralisation au Togo. Vous souhaitant une bonne réception, je vous prie Monsieur le Maire de croire à ma disponibilité à servir les intérêts des populations de la commune. », Voici en substance le libellé du courrier adressé à Kamal Adjayi.

Dans une ampliation faite avec plus de détails au préfet du Golfe, Kossi Dzinyefa Atabuh ce mardi 28 juin, une dette de la commune du Golfe 3 qui s’élèverait à 663 924 507 F CFA serait le fondement juridique de cette motion sur la base de l’article 135 de la loi sur la décentralisation.

A côté, l’élu local soutient, sur la base du procès verbal sanctionnant la présentation au conseil municipal les comptes de gestion du maire, que l’ensemble du conseil a rejeté en délibération le 25 juin dernier cette gestion.

Contacté par téléphone, le premier responsable de la commune a admis avoir reçu le courrier en question. Se refusant à tout commentaire, Kamal Adjayi a néanmoins confié que ce courrier relève purement et simplement de la méconnaissance des règles administratives, et les allégations de la pure diffamation. Il a par ailleurs promis faire une sortie médiatique dans les prochains jours afin de clarifier route cette situation.

Le dur apprentissage de la décentralisation continue son bonhomme de chemin au Togo, bientôt trois ans après la mise en œuvre du processus.

Mauvaise gestion, abus de pouvoir, mauvaise interprétation de compétences et attributions, voilà autant de lacunes que cumulent les acteurs clés dans ce processus, malgré l’arsenal d’accompagnements techniques et en ressources humaines mis à disposition par l’Etat togolais et les partenaires en développement notamment la GIZ.

Quand au sort réservé au jeune maire, nous y reviendrons.

Lesaint

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici